Surjeteuse ou machine à coudre ?

choix surjeteuse ou machine à coudre

La surjeteuse. En voilà un appareil bien curieux dont on ignorait l’existence il y a encore quelque temps.

Elle ressemble à s’y méprendre à une machine à coudre. Mais en y regardant de plus près, on se rend compte que cet appareil a l’air bien plus sophistiqué.

Et en effet, la surjeteuse n’a pas du tout la même fonction que sa consœur. Alors ? Doit-on préférer la surjeteuse à la machine à coudre ? Quelles sont leurs différences ?

C’est ce que nous allons voir tout de suite dans ce guide-conseil.

Surjeteuse, Machine à coudre, versus ?

surjeteuse versus machine à coudre

Nous avons pu choisir une machine à coudre grâce à notre guide d’achat, ainsi qu’au comparatif des meilleures machines à coudre.

Nous avons aussi appris comment fonctionne une machine à coudre.

Et maintenant, nous hésitons. Ne devrions-nous pas nous équiper plus sérieusement, et acheter une surjeteuse à la place d’une machine à coudre ?

Stop ! Mettons fin de suite à ces interrogations. Car nous allons le voir, ce n’est pas la surjeteuse contre la machine à coudre, mais la surjeteuse avec la machine à coudre. Eh oui, loin d’être un appareil de remplacement, la surjeteuse est plutôt un complément.

Qu’est-ce que la surjeteuse ?

surjeteuse avis

La surjeteuse est une sorte de machine à coudre qui va nous permettre de surjeter ou surfiler. Et nous voilà bien avancés…

Ces termes, nous les connaissons peut-être, mais assez vaguement. Donc, explications :

Que veut dire surfiler (ou surjeter) ?

Quand on prend soin de regarder les vêtements que l’on achète dans le commerce, on se rend compte que les coutures au bord des habits sont très bien exécutées. On en serait presque jaloux.

Et c’est ça, surfiler. En gros, cela sert à empêcher le tissu de s’effilocher en ajoutant des coutures très soignées.

Mais attention, pas n’importe quel tissu. En effet, certains ne présentent pas de souci. Il s’agit ici de tissus dits élastiques ou extensibles.

On retrouve dans cette catégorie le jersey, que l’on utilise notamment pour fabriquer des tee-shirts, ou le molleton (pull, sweat). En somme, une grande variété de tissus que l’on retrouve très fréquemment dans la confection du prêt-à-porter.

Comment fonctionne une surjeteuse ?

Contrairement à notre machine à coudre, aussi bien mécanique qu’électronique, la surjeteuse ne permet de coudre, mais plutôt d’assembler deux pièces de tissus ensemble. Elle surfile également les coutures et les bords du tissu.

Elle est munie de plusieurs aiguilles, et l’on peut utiliser plusieurs bobines de fil simultanément. Elle possède aussi deux couteaux qui coupent les tissus pour une finition impeccable.

C’est presque un appareil de couture professionnel, qui s’adresse en particulier aux personnes possédant déjà une machine à coudre et qui souhaite passer à l’étape supérieure.

Le principe de fonctionnement est simple, presque comme une machine à coudre : il suffit de passer le tissu et de laisser le travail se faire. Ou presque. Mais il ne faut pas croire que puisqu’on sait se servir d’une machine à coudre, on saura se servir d’une surjeteuse, bien au contraire.

C’est un peu plus complexe que cela, il faut apprendre à la maîtriser.

Comment choisir sa surjeteuse ?

La surjeteuse doit être composée de plusieurs accessoires non-optionnels afin de prétendre à son titre. Ainsi, lorsqu’on décide de s’équiper, il faut vérifier :

  • Les griffes d’entraînement pour le différentiel (deux griffes qui vont à deux vitesses différentes) ;
  • Les réglages des boucleurs (manuel ou à air) ;
  • Les deux couteaux, dont l’un doit être amovible (un inférieur et l’autre supérieur) ;
  • La présence d’un bac de récupération, la surjeteuse faisant beaucoup de déchets.

Le nombre de points des surjeteuses est bien moins important que pour les machines à coudre. En effet, elles ne sont pas conçues pour le même travail.

Ce qui est important, pour une surjeteuse, c’est la facilité des réglages. Et pour cela, les forums et les avis en ligne sont les moyens les plus sûrs de se faire une idée de la qualité de la machine.

Cependant, certaines marques comme Brother ou Singer fabriquent des appareils qui n’ont plus grand-chose à prouver et que l’on peut acheter presque les yeux fermés.

Autre point essentiel pour l’achat d’une surjeteuse : sa puissance. Elle est susceptible d’assembler des pièces de tissus épaisses, comme le jean, voire le simili cuir. Il est donc important qu’elle tienne la route et puisse effectuer son travail sur ces étoffes sans sourciller.

Le prix de la surjeteuse

C’est ici que ça fait le plus mal, on s’en doute bien. Nous avons vu que la surjeteuse, si elle n’est pas indispensable, permet tout de même de s’approcher de la qualité professionnelle.

Elle est donc assez onéreuse, les modèles les moins chers débutent aux alentours de 230 euros. On retrouve d’ailleurs les grandes marques de machines à coudre : Singer, Brother, Pfaff

Comme pour la machine à coudre, on peut voir dans certaines enseignes de supermarché des surjeteuses beaucoup plus abordables.

Mais attention. Les réglages sont déjà très compliqués à faire sur ce style de machine. Acheter moins cher, c’est prendre le risque de devoir régler les tensions de tous les fils (au moins deux, donc) à chaque fois, les boucleurs, et bien d’autres encore.

Les marques connues ont au moins l’avantage, même si elles ne proposent pas de réglages automatiques, d’inclure des solutions pour se faciliter la tâche.

Ma machine à coudre peut-elle remplacer une surjeteuse ?

machine à coudre et surjeteuse différences

Nous l’aurons compris, machine à coudre et surjeteuse ne font pas le même travail.

Une machine à coudre coud, une surjeteuse surjette (surfile) et assemble.

Il est certes possible de surfiler avec une machine à coudre, certains modèles possèdent une option qui permet d’exécuter ce travail.

On peut également le faire… à la main.

Mais aucune de ces deux solutions ne peut remplacer la finition de la surjeteuse, qui a été créée pour ça.

La machine à coudre est accessible pour les débutants, c’est ce qui fait sa grande force. Ainsi, on peut se lancer dans la couture sans dépenser trop, notamment grâce aux machines à coudre mécaniques comme la Singer Initiale.

La surjeteuse n’est pas faite, elle, pour les néophytes, ni même pour tous les travaux de couture.

C’est un outil bien spécifique, dédié à des tâches très précises, qui va nous faciliter la vie si on veut effectuer du travail proche de celui d’un professionnel, ou même devenir ce professionnel.

Pour conclure et résumer, la surjeteuse est le parfait complément de la machine à coudre, dès lors que l’on souhaite aller plus loin dans ses créations. Elle permet un travail méticuleux, rapide et efficace. En aucun cas elle ne remplace notre machine, qui elle autorise plus de choix dans notre activité ainsi qu’une plus grande liberté dans les points.

Néanmoins, sur certains tissus élastiques, elle va avoir des limites, c’est ici qu’on doit passer à un autre ustensile de couture.

felis ut Sed neque. risus. eleifend lectus adipiscing id